Accéder au contenu principal

Grossesse et maternité avec un handicap : la France progresse

 La France accuse un certain retard en matière de prise en charge des nouvelles mamans présentant un handicap moteur. La maternité Saint-Vincent-de-Paul de Lille est la deuxième dans l'Hexagone à avoir ouvert une consultation dédiée aux patientes à mobilité réduite. Cette petite avancée à l'échelle nationale démontre qu'il est possible de changer la donne.



Conjuguer maternité et handicap grâce au soutien des professionnels

La maternité avec un handicap peut effectivement être tout un défi. Les structures d'aide sont quasiment inexistantes avant 2006. La seconde unité à Lille complète une équipe basée à Paris. Dans tous les cas, le personnel de l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul s'est fixé comme objectif de rendre l'expérience d'une mère handicapée moins pénible que par le passé. Ce qui fut un véritable parcours du combattant devient désormais un mauvais souvenir. Le programme «?Handi'Cap vers la maternité?» accompagne les nouvelles mamans dès les premières consultations prénatales à l'accouchement. Cette initiative entre dans le cadre de la loi du 11 février 2005 sur l'égalité des droits et des chances pour les personnes handicapées. Grâce à une bonne prise en charge, la maternité peut être associée à un souci de santé. Le handicap physique peut être surmonté avec l'aide d'une équipe pluridisciplinaire. 

Gynécologues, médecin de réadaptation, sages-femmes, ergothérapeutes ainsi que les travailleuses sociales peuvent apporter leur soutien. La volonté n'a jamais fait défaut dans les différents corps de métier. C'est la coordination qu'il faut mettre en place. Cette partie est souvent assurée par les associations qui ont eu l'idée d'interagir avec plusieurs spécialités médicales. L'accompagnement commence bien en amont de l'aménorrhée puisqu'il faut discuter avec un traitant dès le désir de grossesse. Cet accompagnement se poursuit jusqu'au retour à domicile après l'accouchement. Grâce à ce type d'accompagnement, les femmes souffrant d'un handicap moteur peuvent apprécier leur grossesse et la mise au monde avec plus de sérénité.

L'accouchement reste une expérience unique

Les femmes se déplaçant en fauteuil roulant électrique acekare, ou en fauteuil manuel, requièrent un accompagnement personnalisé lors de l'accouchement. Elles n'ont pas besoin d'assister aux cours de méditation ou de yoga avec les autres futures mamans. Pour elles, la baignoire de dilatation est recommandée pour mieux gérer la douleur lors du travail. Sur la table, les coussins à mémoire de forme et les différents accessoires spécifiques à la patiente contribuent au bon déroulement de la délivrance. Des modèles équipés de technologies innovantes peuvent aussi aider. Ils servent essentiellement à varier les positions pour faciliter la tâche aux courageuses mères handicapées. L'adaptabilité du matériel médical serait la clé même du succès. 

À leur sortie de la salle d'accouchement, les personnes à mobilité réduite devraient pouvoir bénéficier d'infrastructures dédiées à l'inclusion. La rampe entre les étages de la maternité serait le minimum, mais il demande tout un investissement pour les établissements de santé. Les mères avec un handicap non moteur ne sont pas en reste. Il est désormais possible d'imprimer le cliché d'une échographie en relief. Les mamans avec une audition défaillante peuvent aussi avoir une idée du cri que leur enfant fait à la naissance. La technologie leur permet de goûter à cette expérience unique.

Commentaires